Pacte écologique : signé par conviction

Bruno Le RouxBruno Leroux, secrétaire national du PS aux élections, revient sur la décision de Nicolas Hulot de ne pas être candidat à la présidentielle. Selon lui, il s’agissait d’abord de mettre l’environnement au coeur de la campagne. Ce que Ségolène Royal souhaite faire.

Comment le Parti socialiste a-t- il accueilli la décision de Nicolas Hulot ?

Nicolas Hulot avait posé une question qui semblait être une question de méthode : la prise en compte des thématiques environnementales dans la campagne. Il avait pour cela interrogé les candidats . C’est une méthode singulière. Ce n’est celle d’un candidat en campagne. Il interrogeait le monde politique sur ce sujet. Il avait fixé sa règle du jeu : « je pose des questions. Et je scrute la façon dont elles sont prises en compte ». Ségolène Royal, lui a apporté les réponses qui n’ont jamais été portées à ce niveau, dans le cadre d’une élection présidentielle.

Ségolène Royal a appelé à signer le pacte écologique de Nicolas Hulot… Une alliance est-elle possible ?

En tout cas, ils se sont retrouvés sur les objectifs. Ségolène Royal n’est pas une candidate qui cherche à manier l’illusion : la question de l’environnement est au coeur de la discussion qu’elle entend avoir avec les Français. C’est également un enjeu international. Nous avons pu le constater en Chine. Elle estime que la question environnementale, essentielle pour l’avenir de la planète, doit prendre en compte celle du développement de la Chine. La signature de ce pacte se pose aussi comme un acte de campagne fort. Il ne peut pas y avoir de tromperie. Elle ne fait pas partie de ces candidats qui ont signé le pacte de Nicolas Hulot, parce qu’ils voulaient simplement éviter sa candidature. Elle l’a signé parce qu’elle a des convictions.

Peut-on penser à un accord gouvernemental avec les Verts ?

Nous l’avons proposé aux Verts depuis, maintenant, plusieurs semaines. Nous n’entendions pas nous situer comme avec le PRG et avec le MRC. Mais nous souhaitions sceller l’idée d’une majorité capable de se présenter au premier tour de l’élection présidentielle en ordre dispersé, puis de se retrouver, et de former une majorité à l’Assemblée nationale. Pour cela nous avons entamé une discussion sur le fond, qui, nous l’espérons, aboutira. Nous leur avons proposé un accord législatif qui leur permettra de doubler le nombre de députés qu’ils avaient en 1997. Et nous proposons l’introduction, d’une part de proportionnelle pour la préparation des élections suivantes.

Propos recueillis par Ariane Vincent et Damien Ranger

source parti-socialiste.fr


Archive pour janvier, 2007

Ségolène Royal et la question du logmement

Ségolène Royal

 

Ségolène Royal :

“La question du logmement est au cœur de la question sociale”

Ce fut une séquence politique intense. Après le débat participatif de Roubaix, la visite de Ségolène Royal au « Ministère de la crise du logement » et la disparition de la figure tutélaire du droit des sans-abri, l’abbé Pierre, la candidate a précisé ses engagements sur le logement. Elle a présenté une dizaine de propositions concrètes pour relancer le logement social, répondre au problème particulier de la jeunesse dans ce domaine et favoriser l’accès à la propriété. Elle a assuré les associations qui militent souvent sur le fil de la légalité de son soutien à la juste cause des sans-logis et de son engagement en faveur du droit de réquisition.

(Extraits des interventions de Ségolène Royal pendant le débat participatif de Roubaix) « La France se sent tirée vers le bas. Les parents se demandent si leurs enfants pourront accéder au logement, première condition de la dignité. Il y a une attente désespérée des Français devant la montée des désordres, en premier lieu le désordre du logement. Il y a l’angoisse de la précarité des jeunes, confrontés à des exigences de garanties et de salaires qu’ils ne peuvent satisfaire, comme l’angoisse des personnes âgées qui se demandent combien de temps leurs pensions suffiront à payer leur loyer… Pourtant, l’accès au logement, c’est l’accès à une dignité fondamentale.

C’est une condition essentielle pour pouvoir se projeter dans la vie. Or, la plus profonde des inégalités aujourd’hui, se situe entre ceux qui peuvent se projeter dans l’avenir,qui peuvent imaginer le futur de leurs enfants, et ceux qui ne peuvent pas se projeter plus loin que la fin de la semaine et qui ne savent pas de quoi sera faite la vie de leurs enfants, s’ils auront seulement un toit ou un travail. Le logement doit être assuré sur toute la vie parce que c’est la condition d’une vie de famille. Et c’est souvent la condition de la réussite scolaire des enfants et de la stabilisation de l’emploi. Tout se tient, cela veut dire que ce logement conditionne et nécessite un emploi stable et un salaire stable. C’est pourquoi cette question du logement est au coeur de la question sociale.

La crise actuelle nous montre que la loi du marché ne peut plus résoudre la question du logement. Cette crise n’est pas le fruit du hasard. Elle est la conséquence des politiques de droite qui ont été menées depuis cinq ans. Cinq années de renoncement, cinq années de mesures favorables aux plus riches. Aujourd’hui, beaucoup de communes ne respectent pas l’obligation de construire les 20% de logements sociaux sur leur territoire. Il faudra désormais aller au-delà des amendes. Il faut être beaucoup plus radical et que l’État se substitue à ces mairies défaillantes en réquisitionnant les terrains et en construisant lui-même les logements sociaux. C’est de cette façon-là que l’on pourra, petit à petit, résorber le déficit du nombre de logements sociaux.

Je découvre aussi que l’État spécule. Il est quand même très choquant que ce soit le gouvernement lui-même qui a partir de terrains dont il ne fait rien, dont il est propriétaire au nom des Français, participe à la spéculation immobilière. Il faudra que cela cesse. Si je suis élue les terrains et les bâtiments appartenant à l’État seront mis en vente pour les communes qui veulent faire du logement social, et ce à moitié du prix du marché. Je prends devant vous cet engagement, il sera appliqué immédiatement après la présidentielle si nous l’emportons.

Je vous le dis, si je suis élue, l’État et la puissance publique, en relais sur les collectivités territoriales, reprendront tous leurs droits dans ce domaine pour imposer un certain nombre de décisions. Je ferais du logement une grande cause nationale selon le voeu de Michel Delebarre, président du mouvement HLM et député PS du Nord, présent dans la salle. L’objectif très ambitieux que nous devons nous fixer, c’est la réalisation de la sécurité-logement tout au long de la vie. C’est dans ces conditions aussi que cette fameuse loi du droit au logement opposable sera crédible car comment croire une loi qui établit et proclame le droit au logement alors qu’il y a une telle pénurie de construction de logements sociaux depuis cinq ans ? Quand pendant cinq ans, l’État a même donné de l’argent à des gens pour se désengager du social ?

Pour la réalisation de toutes ces politiques, votre mobilisation sera nécessaire. C’est pourquoi ces débats sont aussi importants. Je vous remercie d’y avoir apporté votre pierre. »

 Segolene Royal

Source parti-socialiste.fr

Retour de Sarkoland

Retour de Sarkoland dans UMP 361450534_23b0f06483_mDimanche 14 janvier, notre reporter s’est rendue au congrès d’investiture de Nicolas Sarkozy. Récit d’une journée pas tout à fait ordinaire.

Dimanche,10h45, porte de Versailles. Surprise. Je m’attendais à une foule convergeant vers le Parc des expositions.Il n’en est rien.Deux hommes en costume sombre, oreillettes peu discrètes aux oreilles, surveillent le quai du tramway. Je montre mon bracelet que je suis allée préalablement chercher au siège de l’UMP, rue de La Boétie. Les portes ne sont ouvertes que depuis une petite heure, le candidat bientôt officiel n’apparaîtra pas avant 14 heures,mais le hall 1 est déjà plein…

Leçon n° 1 : les militants de l’UMP sont plus que ponctuels… ils sont en avance. Les 520 cars et 8 TGV qui ont été affrétés sont arrivés il y a déjà bien longtemps, et plusieurs dizaines de milliers de « compagnons » sont sagement installés, à attendre « Nicolas ».

Je fais le tour de ce hall immense et froid que la direction du PS se refuse depuis longtemps à utiliser. Pas facile de rendre chaleureux ces mètres carrés de béton. Mais là, ce qui m’étonne,c’est que rien ne semble vraiment fait pour y parvenir. Je cherche le stand merguez, la buvette de Dédé, les moules frites de Simone. Rien… Je sais bien que je ne suis pas à la fête de l’Huma, mais quand même… Les jeunes du mouvement tentent de faire un peu de bruit, mais dans l’ensemble c’est un public de retraités disciplinés qui s’apprête à investir Nicolas Sarkozy. Le contraste entre la dynamique que veut construire le ministre de l’Intérieur autour de sa candidature et le manque cruel d’effervescence de cet évènement est surprenant.

À la tribune, les cadres se relaient. Dès que le nom de Ségolène Royal est prononcé, le public siffle, mécaniquement. Au fil des discours,une lassitude s’installe, il est 13 heures et tout le monde commence à s’impatienter. Nicolas, dépêche-toi !

Je me rattache au « comité de soutien » pour rester éveillée.Le réalisateur (il paraît que c’est celui qui fait aussi la « nouvelle star » sur M6…) offre à la salle des gros plans des premiers rangs mais là non plus, pas de quoi s’enflammer. Steevy, l’ancien lofteur,sourit à la caméra. À ses côtés Orlando,c’est pas pour dire, mais on préférait Dalida, et puis il y a les fidèles, Pascal Sevran, Philippe Bouvard et Didier Barbelivien. No comment.

À 14 heures, enfin, après avoir supporté les derniers discours de « rupture » de MAM et de Raffarin, un compte à rebours commence : 60, 59, 58… La salle se réveille, le taux de participation apparaît sur les écrans géants. Pas celui du score, jugé trop soviétique par les communicants. Cette fois, Nicolas Sarkozy est investi.

Enfin Nicolas parle. Longtemps. Remarque, il faut au moins ça pour récompenser les militants courageux qui ont passé leur nuit dans le train.Mais il ne faut pas en rajouter, pour éviter une hypoglycémie de masse parce que les estomacs se creusent… Le Nicolas Sarkozy que j’ai sous les yeux est tout en maîtrise. Loin des dérapages verbaux des intervenants du matin (« Le vide est Royal », Gérard Longuet ; « La politique n’est pas un défilé de mode », Pierre Lellouche ; « Un jour on dit blanc, l’autre jour on dit rose ou noir en fonction de la couleur du tailleur que l’on porte », Yves Guéna ; « Le blanc n’est pas seulement dans la garde-robe,mais aussi dans le programme », Renaud Dutreil ; « C’est Blanche Neige et les sept percepteurs », Michèle Alliot- Marie…).

J’imagine la semaine qu’il a passé avec ses conseillers qui ont dû lui décortiquer les derniers sondages : – On vous dit trop agité, Monsieur le Ministre…

– Les socialistes écrivent que vous êtes atlantiste et ultralibéral…

– La Royal apparaît rassurante, maternante, quand vous apparaissez trop frontal…

Décalage

Ça a dû l’énerver le Sarko,mais il n’est pas demeuré tout à fait insensible aux arguments. Le voilà maintenant qui inscrit ses modestes pas dans la lignée prestigieuse des grands hommes. Tous sont convoqués pour célébrer leur évident descendant. De Gaulle, mais aussi Camus, Zola, Hugo, Jaurès, Blum… Trop fort, ce Sarko ! Je me dis que s’il a oublié Maurras et Barrès, c’est sans doute parce que le patrimoine intellectuel de la gauche était plus attractif. Une sorte d’hommage du vice à la vertu.

Alors il nous annonce qu’il a changé, Sarko. On se prend à le croire. Il est lyrique. Il peut être émouvant. Il paraît qu’il a été scénariste de téléfilms, maintenant je me dis qu’il aurait aussi bien pu jouer la comédie. L’ultracumulard appelle à la construction d’une « démocratie irréprochable ». L’atlantiste salue le discours de Villepin à l’Onu. L’ultralibéral veut partager l’infortune des ouvriers délocalisés.Vas-y Sarko, tu tiens le bon bout ! et puis patatras, Sarko nous dit ce qu’il veut faire pour servir ses nobles objectifs et là on dessoûle vitesse grand V… Il y a comme un furieux décalage entre les images et le texte. Une bande de jeunes blondinets à chemise blanche arrive sur scène et entame la Marseillaise. Les choristes, version Neuilly-sur-Seine. Cool. C’est Doc Gynéco qui va apprécier.

Dehors, il faisait déjà nuit. Je marche très vite vers le métro. Les bruits de la fête s’estompent derrière moi. Je repense à cette France pleine de promesses qui nous tend les bras, à cette France où manifestement, tout est possible… Une France où l’on est du côté des partenaires sociaux mais contre le droit de grève. Une France où le droit au logement est opposable mais les logements sociaux construits loin de Neuilly…

Et tout à coup, sous les néons durs du métro, j’ai un vertige, l’impression d’avoir participé à une fête imaginaire. Le rassemblement enthousiaste m’apparaît à présent sous les traits moins flatteurs d’une grandmesse narcissique où la foule n’était qu’un vaste miroir que se tendait Nicolas Sarkozy. Je me souviens que le spectacle a coûté plus de 3,5 millions d’euros. Le métro démarre. Les stations passent.C’est la France qui défile sous mes yeux. Celle que construit Sarkozy depuis cinq ans. De celle-là, il ne parle pas. Il a raison. Elle ne me fait pas rêver.

Ariane Vincent

Source http://hebdo.parti-socialiste.fr/2007/01/17/376/

 

Tour de France de 2000 débats participatifs

entete rose

 Grace aux comites desirs d’avenir 2000 debats participatifs ont été organisé en France.

Je vous propose un petit résumé en vidéo pour vous donnez l’envie de participer à ce type d’échange au quel nous invite Segolene Royal.

http://www.dailymotion.com/video/7hlNNydAi2ZxG7kQe

Poursuivez les debats sur www.desirsdavenir.org

entete rose

Segolene Royal au 19/20 de France3 le 18 janvier 2007

Segolene Royal suspend Arnaud Montebourg pour 1 mois, voici l’explication:

http://www.dailymotion.com/video/35s3Qy4RGuQ0X78rd

Je vous laisse seul juge de la mesure de cette sanction en regardant ce qui suit :

http://www.dailymotion.com/video/6J179S0CIsTef76Ig

Etat des lieux sur l’ISF des Présidentiables pour 2007 …

LeFigaro fait un etat des payeurs de l’ISF parmi les candidats : pas de surprise majeure …

Retrouvez l’article avec tout le detail d’après le figaro.

Ceux qui payent L’ISF :

Jacques Chirac , Nicolas Sarkozy , Segolene Royal , Jean-Marie LEPEN

Ceux qui ne payent pas L’ISF :

François Bayrou , Philippe de Villiers , Dominique Voynet ,

Marie-George Buffet , Olivier Besancenot , Arlette Laguiller .

Le patrimoine du couple Segolene Royal – Francois Hollande

Pour ce qui est de la transparence , c’est clair ! Pas de coté obscur chez notre candidate socialiste … Voici un extrait de ce que Segolene Royal confie au journal 20minutes :

La candidate socialiste nous a ainsi fait parvenir le détail de son patrimoine. Voici le texte que nous reproduisons :

«Mon patrimoine

Part, pour un montant de 197 800 euros, dans l’appartement familial de 120 m2 à Boulogne Billancourt acheté en 1990 par emprunts sur 15 ans aujourd’hui remboursés.

Part dans une maison des Alpes-Maritimes de 120 M2 achetée avec un plan épargne logement en 1986. Emprunt remboursé. J’en possède une part pour un montant de 108 000 euros en valeur actuelle.

Maison à Melle dans ma circonscription de 100 m2 (logement et bureau ; mise à disposition gratuite pendant les vacances au bénéfice de l’association Familles sans vacances)
168 000 euros (valeur d’achat) moins 111 024 euros d’emprunt sur 15 ans en cours de remboursement, soit 50 000 euros de patrimoine net.

Actions-obligations = aucune

Objets de valeur = aucun

Assurance vie = aucune

Véhicule = Renault Scénic

En cumulant les deux patrimoines, François Hollande et moi sommes redevables de l’ISF pour la deuxième année consécutive pour un montant annuel de 862 euros.

Ségolène Royal»

source 20minutes / Stéphane Colineau avec Alexandre Sulzer et Johan Hufnagel

Quand l’UMP fait du plagiat ca se voit !!!

C’est pas bien de copier Nicolas … emoticone

Sarkozy reprend un slogan socialiste de 1972

Quand l'UMP fait du plagiat ca se voit !!! dans UMP 358131439_1ff18b7f91_mIl y a encore quelques semaines, Nicolas Sarkozy lançait son premier slogan de campagne : “la rupture tranquille”, oxymore faisant forcément penser à la célèbre “force tranquille” de François Mitterrand.

Dimanche 14 janvier, c’est en tant que candidat fraichement investi par son camp, que Nicolas Sarkozy a dévoilé sa nouvelle devise de campagne : “Tout devient possible avec Nicolas Sarkozy”.

Le Parti socialiste tient à souligner, qu’il y a plus de trente ans, en 1972, il avait déja utilisé cette formule : “tout est possible, cela dépend de nous”!

Source www.Parti-Socialiste.Fr

Voici la belle affiche de l’UMP …. ce ne sont pas des très bon les hommes de communication de l’UMP… A vous de juger …

Campagne sarko

 

 

 

 

 

 

De plus cette jolie affiche en rappelle une autre  celle de de Mr Le president Dupontel ( www.dupontelpresident.com ) Scelle

campagne dupontel

Petit mensonge entre amis à l’UMP

c’est pas bien de mentir Nicolas ….. emoticone

Petit mensonge : combien de militants au Congrès de l’UMP ?

Nous savons désormais, grâce aux révélations du Canard enchaîné, qu’il y a avait 29 000 places assises au congrès de l’UMP ce dimanche. Or l’UMP, via sa porte-parole, a annoncé la présence 82 000 militants au vu du nombre de badges distribués.

Il y a donc 3 solutions :

- Soit 53 000 militants étaient debout et nous les félicitons d’avoir tenu ainsi 7 heures d’affilées. Cela explique d’ailleurs peut-être le choix du ministre de la santé comme porte-parole de Nicolas Sarkozy car il fallait faire face à de graves risques de lombalgie, de cervicalgie, de jambes lourdes…
- Soit une formidable rotation a été organisée entre les militants assis et les militants debout, et nous tenons à féliciter l’artisan de cette rotation.
Soit enfin, il n’y avait pas 82 000 militants porte de Versailles ce week-end. Et dans ce cas il y a eu un petit mensonge…

Communiqué de Julien DRAY, Porte-parole

Le cinquieme pouvoir arrive ….

Politique 2.O se propose de favoriser l’émergence d’un véritable « cinquième pouvoir » . La participation au débat public en facilitant l’expression directe individuelle du citoyen est notre crédo . Pour conclure, c’est un média d’un nouveau type qui place les blogs et les contenus générés par les utilisateurs au centre du débat politique.

http://www.politique2.fr/

A voir …. tres bonne initiative.

12

mon univer |
mimi&mimo |
Grange à vendre Auvergne Al... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la biométrie
| "le nettoyage par des pro"
| CDI GAN AMI